Shaping the future of animal health
Groupe Virbac


Rapport
annuel 2015

 

Télécharger le PDF

2015, une année difficile pour Virbac
  • Quel regard portez-vous sur l'année écoulée ?

    2015 a été marquée en janvier par l’arrêt des productions dans notre usine de St. Louis aux États-Unis que nous avons décidé fin 2014 suite à l’inspection menée par la FDA (Food and drug administration). Cet événement a bien évidemment fortement pesé sur nos résultats. En dehors des États-Unis, notre croissance a été inférieure aux prévisions en Amérique latine, au Brésil et en Uruguay ainsi qu’au Chili où nos ventes de vaccins saumon se sont repliées. En France, nous avons connu, comme l’ensemble des acteurs du marché, un recul de nos ventes d’antibiotiques à la suite des mesures contenues dans la loi d’Avenir de l’agriculture. Fort heureusement, nous avons, par ailleurs, de beaux motifs de satisfaction. 

    Aux États-Unis, nous sommes en particulier très heureux de la façon dont nous avons pu recruter et intégrer certaines des équipes commerciales auparavant chez Novartis, ce qui nous a permis de faire progresser la marque Sentinel (gammes d'antiparasitaires internes pour chiens) acquise en début d’année, à la fois en dollars et en parts de marché. Nous avons aussi connu une très belle croissance dans la zone Asie-Pacifique : l’Inde continue sa progression à deux chiffres et constitue maintenant une des filiales majeures du Groupe avec un chiffre d’affaires d’environ 70 millions € ; nos activités animaux de compagnie décollent en Chine, même si le marché reste encore de taille modeste. Enfin, nous sommes très satisfaits des lancements de nos nouveaux produits en Europe, en particulier dans le domaine des antiparasitaires pour animaux de compagnie avec les marques Milpro et Effitix.

    QUELLE RÉPONSE VIRBAC A-T-ELLE APPORTÉE À LA FDA AUX ÉTATS-UNIS ? 
    Les observations formulées dans le rapport d’inspection concernaient le système qualité ; elles nous ont conduit à arrêter la production pour mettre en place toutes les mesures correctives nécessaires. Elles se sont notamment traduites par le renouvellement du management, le renforcement substantiel des équipes d’assurance qualité et des opérations industrielles, la réécriture des procédures, la mise en place de programmes intensifs de formation et de nouveaux systèmes d’information ainsi que l’aide de consultants spécialisés et des reportings très réguliers à la FDA. Aujourd’hui, nous poursuivons nos efforts dans de multiples domaines pour amener ce site au niveau de conformité requis. Dans l’intervalle, les premières productions de produits avec AMM, Iverhart Plus (antiparasitaire interne pour chiens) et Equimax (vermifuge équin), ont repris mais seulement en fin d’année. Le déficit de chiffre d’affaires qui en a résulté, combiné au surcoût de toutes ces mesures, s’est traduit par une perte importante aux États-Unis, alors que nous nous attendions, au contraire, à un bond de la rentabilité avec l’intégration de la marque Sentinel dans notre portefeuille.

    COMMENT VOYEZ-VOUS L’ÉVOLUTION DES ACTIVITÉS EN 2016 ?
    Aux États-Unis, nous comptons évidemment sur une croissance soutenue du chiffre d’affaires. Nos gammes « historiques » (hors Sentinel qui devrait croître modestement) devraient fortement rebondir sans atteindre encore leur niveau de 2014. En effet, certains produits ne seront pas réintroduits et d’autres doivent faire l’objet de modifications de leurs dossiers réglementaires avant leur réintroduction sur le marché. Celles-ci exigent qu’au préalable le site de St. Louis ait fait l’objet d’une nouvelle inspection, satisfaisante, de la FDA. En Europe, nous tablons sur une croissance modérée, en phase avec celle du marché. Nos activités devraient continuer à être bien orientées dans la zone Asie-Pacifique et nous comptons sur une amélioration au Brésil en dépit de la crise économique. En revanche, nous sommes plus réservés sur nos perspectives en aquaculture au Chili, la filière saumon étant perturbée par des difficultés économiques (concurrence des élevages norvégiens sur certains marchés clés, baisse de la demande brésilienne, baisse de la production) et sanitaires (forte utilisation d’antibiotiques). La résultante de ces différentes évolutions devrait être une croissance organique d’environ 7%.

    QUELLES SONT LES PERSPECTIVES FINANCIERES POUR VIRBAC ?
    Le rebond attendu du portefeuille de produits « historiques » américains devrait se traduire par une forte amélioration de la marge aux États-Unis comme au niveau du Groupe. Nous anticipons par ailleurs une stabilisation des coûts liés à la qualité au niveau du Groupe, après leur hausse de 2015. Nous pensons maintenir notre ratio de dépenses de R&D sur chiffre d’affaires. En conséquence, nous envisageons un retour du ratio résultat opérationnel ajusté sur chiffre d’affaires à plus de 10%. La rentabilité devrait encore progresser substantiellement aux États-Unis les années suivantes avec le retour sur le marché de la plus grande partie de notre portefeuille historique et le lancement de nouveaux produits. Sur le plan financier, nous visons un désendettement d’environ 50 millions € en fin d’année, qui ne se produira qu’au cours du deuxième semestre compte tenu de notre profil habituel de génération et de consommation de cash durant l’année.

Répartition du chiffre d'affaires par zone
  • Monde
  • Europe
  • Amérique latine
  • Amérique du Nord
  • Asie
  • Pacifique
  • Afrique
    & Moyen-Orient
Répartition CA mondialRépartition CA mondial
Une gouvernance équilibrée au service du développement du Groupe

La gouvernance de Virbac repose sur des principes qui contribuent à maintenir l’équilibre nécessaire à la performance et au bon développement du Groupe.

  • Séparation des pouvoirs et collégialité

    Depuis 1992, Virbac a adopté une séparation entre les fonctions de direction stratégique et opérationnelle, exercées par le directoire, et le contrôle de cette gestion, dévolu au conseil de surveillance. 

    Cette organisation répond au souhait d’équilibre des pouvoirs entre les fonctions exécutives et de supervision. Elle implique un dialogue régulier et efficace entre le directoire et le conseil de surveillance ainsi qu’une confiance mutuelle.
    La collégialité est un principe d’organisation clé de la gouvernance de Virbac. Le fonctionnement de ses deux organes sociaux, conseil de surveillance et directoire, repose sur la recherche d’une position partagée par leurs membres respectifs et sur une prise de décision collective, résultat d’un véritable travail d’équipe. 

  • Des dirigeants engagés et expérimentés

    La gouvernance de Virbac s’appuie sur des organes sociaux resserrés, composés de personnes fortement et durablement engagées. Leur expérience professionnelle couvre de nombreux aspects de la gestion courante d’un grand groupe international. 

    À l’exception de sa vice-présidente, l’ensemble des membres du conseil de surveillance sont des dirigeants d’entreprise ayant une longue expérience de la gestion opérationnelle. L’engagement des dirigeants de Virbac, qu’il s’agisse des membres du conseil de surveillance ou des membres du directoire, repose sur une implication dans la durée, au service de la stratégie à long terme du Groupe. Par ailleurs, l’implication des membres du conseil de surveillance et du censeur de Virbac ne se limite pas à leur participation active au cours des débats formels du conseil. Elle prend également la forme d’échanges informels réguliers et de réunions ad hoc ponctuelles lorsque les circonstances l’exigent.

  • Une gouvernance en constante amélioration

    Virbac suit les recommandations du code de gouvernement d’entreprise Afep-Medef actuellement en vigueur. Le Groupe continue à améliorer ses pratiques de gouvernance. 

    Dans certains cas, il dépasse les objectifs fixés par le code Afep-Medef :

    • la moitié des membres du conseil de surveillance de Virbac sont des membres indépendants ;
    • le conseil est composé à égalité de trois femmes et trois hommes.
LE DIRECTOIRE

Sa mission est d’assurer la direction stratégique et opérationnelle du groupe Virbac. Il est composé de cinq membres qui collaborent étroitement et prennent leurs décisions de manière collégiale. Ce fonctionnement favorise la réflexion commune et la recherche d’un consensus. Que ce soit pour la vision long terme ou les besoins opérationnels, les échanges entre les membres du directoire sont fréquents et ne se limitent pas aux réunions formelles du directoire. Cette organisation flexible permet d’atteindre un niveau de réactivité élevé dans la prise de décisions stratégiques.
Le directoire rend compte de ses travaux au conseil de surveillance et soumet à son approbation formelle toute opération stratégique du Groupe. Il s’appuie dans ses travaux sur un dialogue régulier avec les membres du comité stratégique. Outre les membres du directoire, il regroupe les huit directeurs fonctionnels et les cinq directeurs de zone du Groupe.

DirectoireMichel GaraudetEric MaréeChristian KarstSébastien HuronJean-Pierre Dick
LE CONSEIL DE SURVEILLANCE
  • Marie-Hélène Dick, présidente

  • Jeanine Dick, vice-présidente

  • Olivier Bohuon, membre indépendant

  • Philippe Capron, membre indépendant

  • Pierre Madelpuech, représentant permanent de la société Asergi

  • Grita Loebsack, membre indépendant

  • CENSEUR
    Xavier Yon, représentant permanent de la société XYC

Le conseil de surveillance assure le contrôle permanent de la gestion du directoire, l’examen régulier des comptes et de tous les projets et investissements significatifs.

Le conseil de surveillance est composé de six membres dont trois membres indépendants :

  • Marie-Hélène Dick, présidente
  • Jeanine Dick, vice-présidente
  • Olivier Bohuon, membre indépendant
  • Philippe Capron, membre indépendant
  • Pierre Madelpuech, représentant permanent de la société Asergi
  • Grita Loebsack, membre indépendant

Le conseil de surveillance s’appuie dans ses travaux sur deux comités spécialisés, le comité d’audit et le comité des rémunérations. Il est assisté d’un censeur, Xavier Yon, qui dispose d’une voix consultative.

  • COMITÉ D’AUDIT

    Le comité d’audit est chargé de l’examen de l’information financière et de la gestion des risques et des pratiques comptables. Ses missions sont les suivantes :

    • s’assurer de la pertinence, de la permanence et de la fiabilité des méthodes   comptables ;
    • s’assurer de l’existence et de l’efficacité des procédures de contrôle interne et de la gestion des risques ;
    • se prononcer sur la validité du traitement comptable des opérations significatives ;
    • sélectionner les commissaires aux comptes.

    Il est constitué de Philippe Capron, président, Olivier Bohuon et Pierre Madelpuech.

  • COMITÉ DES RÉMUNÉRATIONS

    Le comité des rémunérations a pour principales missions de :

    • formuler des recommandations et propositions concernant la rémunération des membres du directoire ;
    • être informé de la politique générale des ressources humaines du Groupe et plus spécifiquement la politique de rémunération des principaux dirigeants du Groupe ;
    • examiner les propositions et conditions d’attribution des plans d’actions de  performance ;
    • formuler des propositions concernant les montants des jetons de présence des membres du conseil de surveillance.

    Il est constitué de Marie-Hélène Dick, présidente, Olivier Bohuon et Grita Loebsack.

  • CENSEUR

    Xavier Yon, représentant permanent de la société XYC.

  • COMMISSAIRES AUX COMPTES

    La société Deloitte & Associés, représentée par Hugues Desgranges.
    La société Novances-David & Associés, représentée par Jean-Pierre Giraud.

Chiffres clés
  • CHIFFRE D'AFFAIRES
  • CROISSANCE INTERNE
  • RÉSULTATS
  • CASH FLOW OPÉRATIONNEL
  • MARGE BRUTE
    D'AUTOFINANCEMENT
  • STRUCTURE FINANCIÈRE
    Capitaux investis
  • STRUCTURE FINANCIÈRE
    FINANCEMENT
  • INVESTISSEMENTS

(en millions d'euros)

à taux de change et périmètres constants (en %)

(en millions d'euros)

(en millions d'euros)

(en millions d'euros)

(en millions d'euros)
*Retraité de l'impact IFRIC 21

(en millions d'euros)
*Retraité de l'impact IFRIC 21

(en millions d'euros)

  • Innovation

    Innover pour construire demain

    Innovation
  • Production

    Développer une culture qualité

    Card_design_quality_240-1.jpg
  • Business

    Soutenir la croissance avec les nouveaux produits

    Business
  • Collaborateurs

    Globaliser l’approche RH

    RH
Innover pour construire demain
JPM
Jean-Pascal Marc,
directeur Innovation
Produits Groupe

 Notre R&D est aujourd’hui structurée en segments d’envergure mondiale : animaux de compagnie, ruminants, porcs, petfood, aquaculture. Ces segments sont autant de pôles d’expertise qui s’appuient sur nos centres de recherche et développement implantés dans le monde entier et qui fonctionnent en réseau. 

Cette organisation démontre son efficacité en produisant un portefeuille solide de projets répondant aux attentes du marché de la santé animale et aux objectifs de Virbac. En 2015, cela s’est notamment traduit par le lancement d’une toute nouvelle gamme petfood en Europe, par l’obtention de l’autorisation de mise sur le marché européenne pour Effipro Duo (solution antiparasitaire pour spot-on pour chiens et chats) et celle du vaccin PCV2 contre le syndrome de dépérissement post-sevrage du porc à Taïwan. Ce vaccin mis au point par la joint-venture SBC Virbac Ltd fait entrer Virbac sur le marché très convoité de la vaccination des porcs en Asie.

Pour définir les bons produits du futur, Virbac s’appuie sur les innovations technologiques mais est aussi attentif à l’évolution des modes de consommation et des marchés. Nous décryptons en permanence les signaux faibles pour travailler sur des projets qui répondront aux besoins futurs des vétérinaires, des éleveurs et des propriétaires d’animaux de compagnie. Des besoins qui évoluent et que nous devons anticiper. 

Veterinary HPM : au plus près de l’alimentation naturelle des carnivores domestiques

Plus de trois ans de recherche et développement ont été nécessaires pour développer la nouvelle gamme d’aliments Veterinary HPM. Avec 90% d’appréciation positive sur l’appétence du produit, cette gamme, destinée aux chiens et aux chats, est exclusivement promue en clinique vétérinaire.

Ici, Virbac a complétement revu l’approche nutritionnelle classique pour mettre au point des aliments plus riches en protéines et plus faibles en glucides, beaucoup plus proches de l’alimentation carnivore naturelle des chiens et des chats. Ils contiennent en moyenne 30% de protéines en plus et 40% de glucides en moins* que les autres produits adultes du marché. Ce meilleur équilibre nutritionnel, couplé à des ajouts d’ingrédients fonctionnels, permet de couvrir dix axes majeurs de santé.

Une première étape clé avant le lancement en 2017 de la gamme thérapeutique Veterinary HPM.

+30% de protéines
Composition*
-40% de glucides
* Analyse interne menée dans le circuit vétérinaire en France, septembre 2015, données collectées au travers des sites produits officiels

Infographie_HPM_10_axes_2_vectorisee.svg

Des partenariats qui rendent plus forts

En 2015, Virbac a noué de nombreux partenariats pour élargir la gamme de produits proposée aux vétérinaires, avec notamment :

  • Activyl et Activyl Tick Plus, antiparasitaires pour chiens et chats ;
  • Ectoadvance Plus, combinaison de fipronil et S-méthoprène pour le traitement antiparasitaire externe des chiens et chats aux États-Unis ;
  • Orastrip, test de diagnostic des maladies parodontales chez les chiens. 
Un pas de plus en Chine

Le marché chinois des animaux de compagnie est en devenir. Virbac y étoffe progressivement son portefeuille de produits. Après l’obtention des autorisations de mise sur le marché pour Cortavance, Rilexine et Easotic, Zoletil 50 a été enregistré en septembre 2015 pour les espèces chiens et chats. Il s’agit d’un anesthésique destiné aux carnivores domestiques et aux animaux sauvages déjà commercialisé dans de très nombreux pays. Lancé début 2016 à Pékin, Shanghai et Canton, ce produit sera à terme distribué directement dans toutes les cliniques vétérinaires chinoises.

Curacef Duo, un nouveau produit pour les vaches laitières

Co-développé par les équipes R&D de Carros et du Mexique, Curacef Duo est une première en Europe. Destiné au marché laitier, ce produit est une combinaison de kétoprofène et ceftiofur pour traiter les maladies respiratoires chez les bovins (ainsi que le panaris en Amérique latine). La formulation de Curacef Duo permet d'administrer, désormais en une seule injection, un antibiotique et un anti-inflammatoire. Il se distingue par ailleurs par un délai d’attente nul dans le lait. Lancé en 2015 au Mexique, ce nouveau produit conforte Virbac comme un acteur de premier rang de la filière laitière. 

Développer une culture qualité
Marc_Bistuer.jpg
Marc Bistuer,
directeur des Opérations
Industrielles et Assurance
Qualité Groupe

Présents sur cinq continents, les sites de production Virbac sont les fruits d’une histoire faite à la fois de croissance organique et d’acquisitions comme récemment en Uruguay ou à Taïwan. D’une grande hétérogénéité de taille, nos usines couvrent une large diversité de savoir-faire et de produits qui font notre force. De fait, Virbac fabrique plus de 1 000 produits avec ou sans AMM (Autorisation de mise sur le marché) : vaccins, antiparasitaires, antibiotiques, produits dermatologiques…

Quels que soient la nature du produit et les niveaux de technologie, Virbac répond à l’accroissement des contraintes réglementaires en investissant massivement pour garantir le bon niveau de conformité dans toutes ses usines, pour tous ses produits et tous ses fournisseurs partout dans le monde. C’est tout le sens de la démarche « Virbac Quality System » en cours de déploiement.

La culture de la conformité, gage de compétitivité à long terme et de sécurisation des approvisionnements, s’étend progressivement à tous les niveaux de l’entreprise.  

Des approvisionnements sécurisés, des achats optimisés

Garantir la sécurité des approvisionnements est indispensable pour assurer la stabilité de la supply chain et la disponibilité des produits. Tous les fournisseurs sont soumis à des inspections de plus en plus fréquentes, notamment de la part des autorités européennes et américaines. Virbac a entrepris depuis quelques années une démarche de sécurisation de ses principes actifs stratégiques. Pour cela, deux options : la qualification de sources alternatives et la constitution de stocks de sécurité. Ces solutions, qui peuvent être mixées, sont pondérées par une évaluation fine du risque fournisseur.

Le Groupe s’appuie pour cela sur le Supplier Risk Index (SRI), un référentiel de 60 critères pour apprécier de façon précise et objective les éventuels risques pesant sur les sources d’approvisionnement existantes. Un travail qui nécessite l’implication de nombreux départements : Achats, Affaires Réglementaires, Développement pharmaceutique et industriel, Assurance Qualité.

En amont, la qualification de tout nouveau fournisseur doit également respecter des étapes bien définies : au départ, un large sourcing est mené pour ensuite resserrer progressivement la maille. Nous réalisons pour cela un premier niveau de qualification grâce au Supplier evaluation form, puis des audits dans différents domaines et enfin, l’évaluation du risque via le SRI. 

Des sites de production dans 11 pays

 

Instrucciones, une nouvelle usine en Uruguay

Instrucciones est le nouveau site sud-américain de production de vaccins et de produits pharmaceutiques pour ruminants. À la pointe de la qualité et de la technologie, avec ses 32 000 m², Instrucciones a ouvert ses portes dans la périphérie de Montevideo. Avec ce site d’une capacité de production annuelle de 40 millions de doses de vaccins et de 260 000 litres de produits pharmaceutiques, Virbac se dote d’un outil industriel capable de répondre à la hausse de la demande dans cette région du monde. 

VB8 : c’est parti !

Démarré en septembre 2014, le transfert des activités de production des injectables de l’usine de VB1 vers le nouveau site industriel VB8, à Carros, s’est achevé en mars 2015. Une opération réussie, sans rupture de stocks pour les clients. Véritable saut technologique dans le domaine de la santé animale, VB8 fabrique 50 formules antibiotiques, nutritionnelles, hormonales et antiparasitaires sous forme injectable. 2015 a vu la montée en puissance progressive à la fois de la production et de la formation des collaborateurs. 

États-Unis : Virbac renforce son système qualité à St. Louis

Suite à une inspection de la FDA (Food and drug administration) fin 2014, Virbac a pris la décision en janvier 2015 d’interrompre volontairement la production sur son site industriel de St. Louis, Missouri, afin de mobiliser l’ensemble de ses équipes sur le déploiement du QSIP (Quality system improvement plan) : Virbac a massivement investi, notamment en termes de recrutement et de formation pour élever le niveau de son système qualité local. La production des produits d’hygiène et du produit-phare Iverhart Plus a repris sur la deuxième partie de l’année.

Soutenir la croissance avec les nouveaux produits
Sebastien_Huron.jpg
Sébastien Huron,
directeur des Opérations  
Commerciales Monde

En 2015, Virbac a réalisé un chiffre d’affaires de 853 millions €, en hausse de 10,3% par rapport à 2014 et de 3,9% à taux de change constants. Cette performance a notamment été tirée par les produits nouvellement acquis en animaux de compagnie et la dynamique des nouveaux produits qui ont généré au global 103 millions € de croissance de chiffre d’affaires à taux constants, à l’image de Sentinel (gammes d'antiparasitaires internes pour chiens), Milpro (antiparasitaire interne pour chiens et chats), ou encore Effitix (antiparasitaire externe pour chiens).

Les ventes ont par ailleurs enregistré une hausse de 2,9% en aquaculture en 2015, malgré le repli sensible de l’activité vaccins par rapport aux antibiotiques. Virbac reste néanmoins le second acteur vétérinaire au monde sur ce marché. Quant à celui des ruminants, le deuxième segment le plus contributeur pour Virbac, il est resté relativement atone (+0,8%) avec une bonne progression de nos antiparasitaires et de nos suppléments nutritionnels mais une décroissance de nos antibiotiques liée en grande partie à des difficultés d’approvisionnement.

Si toutes les régions ont été contributrices à l’instar de la zone Asie-Pacifique qui a particulièrement bien performé, certains pays comme l’Inde, le Royaume-Uni, le Mexique, l’Espagne et le Portugal se sont distingués en affichant des progressions supérieures à 12%.

 


RÉPARTITION DU CHIFFRE D'AFFAIRES PAR ESPÈCES

infographie_repartition_business_FR_vecto.svg

Des produits qui font mouche en Europe

Plusieurs produits, lancés après juin 2014 en Europe, ont plutôt bien performé en 2015 pour un chiffre d’affaires de 32,5 millions €. Parmi les belles histoires, il faut souligner le succès du vermifuge Milpro pour animaux de compagnie dont les ventes ont permis à Virbac de prendre la 3e place sur le marché des antiparasitaires internes en Europe. D’autres produits ont aussi réalisé de très bons débuts. C’est le cas d’Effitix, un antiparasitaire conçu pour les pays du bassin méditerranéen qui a été bien accueilli en Espagne et au Portugal, et de Veterinary HPM, la nouvelle gamme petfood pour chiens et chats. Après quelques mois de commercialisation, ses ventes ont totalisé 7,3 millions € en 2015.

32.5M€
de chiffre d’affaires pour les nouveaux produits lancés en Europe après juin 2014
2015 : un bon cru pour le Royaume-Uni

Virbac UK a connu une croissance soutenue supérieure à 10% à taux constants en 2015. Cette belle performance est notamment liée à la bonne tenue de l’activité vaccins et à la dynamique des nouveaux produits dont le chiffre d’affaires a dépassé la barre des 6 millions €. C’est le cas tout spécifiquement de deux produits pour chiens et chats : Milpro, comprimés antiparasitaires internes indiqués dans la prévention de la dirofilariose et le traitement des parasites intestinaux (vers plats et ronds), et Prinovox, solution spot-on antiparasitaire à large spectre contre divers parasites communs.

Une belle première année pour Sentinel

Acquise auprès du laboratoire Elli Lilly and Company le 2 janvier 2015, la marque Sentinel a vécu sa première année pleine au sein du groupe Virbac. Elle a plutôt bien réussi ses débuts puisque les ventes de Sentinel Spectrum et Sentinel Flavor Tabs ont progressé pour atteindre en 2015 un chiffre d’affaires cumulé de plus de 95 millions $, grâce à une bonne intégration des équipes commerciales de Novartis et malgré le lancement de deux produits concurrents à base de milbémycine. Cette dynamique est venue récompenser un travail en profondeur et au quotidien des équipes commerciales qui ont développé une relation de confiance et de partenariat avec les distributeurs. Résultat : aux États-Unis, Sentinel est la 2e marque la plus importante sur le segment des vers du cœur pour chiens. 

L’Inde, une filiale qui monte

Leader en Inde, Virbac y réalise une croissance à deux chiffres depuis plusieurs années. En 2015, Virbac Inde renouvelle cette performance pour atteindre un chiffre d’affaires de 70 millions €. Le Groupe y déploie une stratégie commerciale atypique qui se caractérise par la constitution d’une force de vente de plusieurs centaines de vendeurs qui visitent les petits éleveurs au nombre d’un million. Chaque année, Virbac Inde étoffe sa force de vente et augmente mécaniquement son portefeuille de clients. Aujourd’hui, Virbac travaille sur deux nouveaux axes de développement. D’une part, la filiale cible les grands comptes qui émergent et qui se spécialisent dans la production laitière, et d’autre part, elle cherche à innover et lancer de nouveaux produits pour renforcer sa position de leader en nutrition pour ruminants, où les besoins sont importants.

Globaliser l’approche RH
Francesca_Cortella.jpg
Francesca Cortella,
directeur des Ressources 
Humaines Groupe

Virbac rassemble une communauté de femmes et d’hommes de cultures très différentes mais tous unis par le même engagement et un attachement profond à l’entreprise. À travers ses filiales commerciales, le Groupe est aujourd’hui présent dans 31 pays avec une grande diversité de sites et de métiers. De fait, le manager local joue un rôle clé dans l’animation des équipes et la relation avec les collaborateurs.

Aujourd’hui, les ressources humaines ont pour objectif de préserver cet équilibre entre gestion locale, source d’une grande proximité, et gestion globale pour gagner en efficacité et donner à tous les mêmes chances de progresser et de s’épanouir. C’est pourquoi Virbac déploie de plus en plus d’outils et de processus communs à l’ensemble du Groupe. C’est le cas, par exemple, avec le Perf, notre outil de gestion, ou encore, le Learning Management System, notre plateforme de formation en ligne lancée fin 2015. Tous ont vocation à améliorer l’employabilité des collaborateurs. Ils permettent de plus à nos collaborateurs de parler un même langage.

 


RÉPARTITION DES EFFECTIFS PAR ZONE

infographie_RH_FR.svg

Premier e-baromètre d’opinion interne

Adieu le papier, la collecte des formulaires et les traitements fastidieux… Le baromètre d’opinion interne, réalisé en juin 2015, a été entièrement dématérialisé à l’occasion de sa 7e édition. Les collaborateurs se sont largement approprié cette version électronique puisque le taux de participation s’est élevé à 82%.

Que faut-il en retenir ? 90% des collaborateurs ont une opinion positive de l’entreprise. Un résultat stable depuis 2009. Si les résultats globaux sont bons et sensiblement identiques à ceux de l’édition précédente, les résultats obtenus en France affichent, en revanche, un léger recul. Un recul à relativiser tant l’attachement à l’entreprise reste fort. Face à ce constat, Virbac a choisi de travailler sur plusieurs axes d’amélioration prioritaires au travers de plans d’action dédiés. Rendez-vous en 2017 pour évaluer les progrès !

90%
des employés souhaitent poursuivre leur carrière chez Virbac
La diversité : des principes et des actes

Depuis la signature en 2009 de la charte de la diversité reconnue par la Haute autorité pour la lutte contre les discriminations et l’exclusion, Virbac a pris cette question à bras le corps. Après avoir adopté une politique pour favoriser l’égalité entre hommes et femmes et l’employabilité des seniors, Virbac fait de l’insertion et du maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap sa priorité. Pour preuve : la signature fin 2014 d’un accord d’entreprise en France, dont la mise en œuvre a démarré en 2015 et se poursuivra sur les deux prochaines années. Avec cet accord, Virbac affiche deux grands objectifs. Le premier : changer le regard sur le handicap en interne à travers des actions de communication et d’information régulières. Quant au second, il vise à répondre à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés (3% en 2013 et 4,48% en 2015) via l’aménagement des postes de travail, le reclassement, le recours à des entreprises adaptées ou encore la diffusion systématique des offres d’emploi sur des sites spécialisés.

Atténuer la pénibilité au travail

Virbac est particulièrement attentif à la qualité de vie au travail et notamment aux questions de santé et de sécurité comme en Amérique du Nord où deux accords liés à la formation et à la prévention en matière de sécurité ont été signés avec les syndicats. En France, dans la continuité de son plan de prévention sur la pénibilité au travail initié en 2012, Virbac a renforcé son action en 2015 en poursuivant l’aménagement de certains postes de travail sujets au port de charge, aux gestes répétitifs et au bruit. Un accord a par ailleurs été conclu pour aménager les fins de carrière des collaborateurs de plus de 60 ans.

Le Perf évolue pour une évaluation encore plus fine

Lancé en 2005, le Perf (Performance, évaluation, rémunération, formation) vise à aider les encadrants à renforcer leurs compétences managériales et à rendre les collaborateurs acteurs de leur développement. En 2015, le support d’entretien annuel s’est enrichi grâce à l’intégration de niveaux d’évaluation supplémentaires tant sur la performance que sur la maîtrise du poste. Avec cette nouvelle grille, l’entretien de fin d’année gagne en pertinence. Ces ajouts renforcent le lien entre la définition de fonction du collaborateur et son évaluation. Ce nouveau système a d’ores et déjà été déployé dans dix filiales du Groupe.

Développement durable

Culture d'entreprise, responsabilité économique et sociale, citoyenneté, environnement :

depuis près de 50 ans, Virbac poursuit une politique qui s'inscrit dans la durée.

Découvrez nos engagements

Rapports financiers

Information trimestrielle, rapports semestriel et annuel...

Découvrez la documentation financière Virbac