Shaping the future of animal health
Contact fondation Virbac

Pour plus d'informations sur nos actions dans ce domaine, écrivez-nous contact@fondation-virbac.org

 

Retrouvez le programme 2015 et ses résultats.

Plus

Fondation Virbac : la santé animale au cœur de la santé des écosystèmes

Dans le cadre de sa mission de sensibilisation du grand public à la santé animale, la fondation Virbac soutient pour la deuxième année consécutive un programme One Health dans le parc de Gonarezhou au Zimbabwe. Une action de terrain qui vise à améliorer les conditions sanitaires des populations animales et humaines locales.

Le parc transfrontalier du Great Limpopo, dont fait partie le parc de Gonarezhou, a été créé en 2002 pour réunir trois des sanctuaires de faune sauvage les plus riches d’Afrique australe, à cheval sur le Zimbabwe, le Mozambique et l’Afrique du Sud. Cette terre d’exception est aujourd’hui fragilisée par le réchauffement climatique. En 2016, une sécheresse extrême a sévi au Zimbabwe, menaçant la sécurité alimentaire de plus de la moitié de la population rurale du pays. 

De nouvelles menaces pour l’animal et pour l’hommeCes aires protégées transfrontalières représentent l’avenir en matière de conservation des écosystèmes. Elles rétablissent une continuité écologique entre les différentes populations animales. Mais elles sont aussi sources de nouvelles problématiques sanitaires, notamment liées au partage des ressources naturelles entre animaux sauvages et domestiques. Les zoonoses, maladies transmissibles à l’homme par les animaux, constituent une menace bien réelle pour certaines espèces, par exemple la rage pour les populations de lions et lycaons. Les communautés avoisinantes, rendues extrêmement vulnérables par la sécheresse et l’appauvrissement des pâturages, sont également confrontées à cette maladie mortelle mais aussi à la tuberculose bovine, qui affecte les buffles sauvages et domestiques. Des menaces d’autant plus pressantes que la perte de biodiversité – liée en particulier à la déforestation – accroît la zone d’interface entre faune et communautés humaines.

Vaccination rage : une urgence sanitaire 
vaccination_250.jpg

Dans ce contexte, la Fondation Virbac a contribué en 2016 à l’organisation d’une campagne de vaccination contre la rage des chiens domestiques de la communauté de de Mahenye au Nord du parc de Gonarezhou (zone où avaient été signalés des cas de rage humaine et animale en 2015). C’est dans cette communauté de chasseurs, utilisant leurs chiens pour mener leurs activités, que les risques de rage sont les plus importants du fait des contacts fréquents entre carnivores sauvages (lycaon, chacal, lion) et carnivores domestiques. Cette démarche s’inscrit dans le cadre des actions menées par les organisations mondiales de santé animale et humaine pour éradiquer cette maladie.

Sensibilisation aux zoonoses : la condition du succèsformation_250.jpg
Les campagnes de vaccination menées dans cette région ont par ailleurs permis d’identifier le faible niveau de connaissances par les communautés locales des risques associés aux zoonoses. Or, pour améliorer le statut sanitaire des populations humaines et animales, il est indispensable de sensibiliser les villageois à l’identification, la prévention et le contrôle de ces maladies. La Fondation Virbac a ainsi contribué en 2016 à la réalisation du matériel pédagogique utile (posters éducatifs, manuels et présentations) et à l’organisation de sessions de formation auprès des groupes cibles de la communauté de Mahenye les plus concernés par la nécessaire prophylaxie : propriétaires de chiens, éleveurs de bétail, écoliers, mères au foyer. 

Nutrition : pour une meilleure résistance aux maladies
amélioration-eau_200.jpg

Dans son approche intégrée de la santé animale, la Fondation Virbac soutient également des actions d’amélioration de la nutrition du bétail. Les éleveurs des abords du parc du Gonarezhou ont ainsi été formés en 2016 à une nouvelle technique de gestion intégrée des pâturages, basée sur un labourage nocturne des sols par le bétail regroupé dans des enclos mobiles. Utilisée en milieu semi-aride, cette pratique permet de restaurer la fertilité des sols tout en protégeant le bétail des attaques de prédateurs. Elle s’accompagne par ailleurs d’un nouveau système d’approvisionnement en eau dédié au bétail qui réduit les risques de transmission entre bovidés sauvages et domestiques, et diminue considérablement le trajet quotidien des troupeaux pour s’abreuver. Un gain de temps précieux pour les jeunes gardiens de troupeaux qui passent ainsi plus de temps à étudier, l’éducation représentant un des éléments pivots pour briser le cycle de pauvreté au sein de ces communautés.


Ce programme One Health, qui porte ses fruits dans le parc de Gonarezhou, pourrait être étendu dans les années à venir à d’autres parcs transfrontaliers. Une action pilote de vaccination des bovins contre l’anthrax et le botulisme a d’ores et déjà démarré en 2017 à Kaza, dans le Nord-Ouest du Zimbabwe, l’aire de conservation de la faune sauvage la plus vaste au monde, possédant notamment la plus forte concentration d’éléphants.

Gonarezhou 2016 : des résultats concrets

 

• Près de 950 chiens vaccinés contre la rage
• 1/3 des foyers sensibilisés aux risques rage et méthodes de contrôle
• 1/3 des éleveurs sensibilisés aux zoonoses
• 1/3 des éleveurs formés à la technique de gestion intégrée des pâturages semi-arides
• 500 têtes de bétail bénéficiant d’un système d’approvisionnement en eau de remplacement

 


Retrouvez le programme 2015 et ses résultats.